CRCS
Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse
crcs

Giomny H. Ruiz

Biographie

Je détiens une formation universitaire de premier cycle en sciences de l’éducation et en études théologiques à Cuba, mon pays d’origine, où j’ai travaillé dans le domaine de l’enseignement et de l’événementiel. Au Canada depuis 2009, j’ai complété ma maîtrise en sciences des religions à l’Université de Montréal et, suite à un passage accéléré, j’ai commencé mon doctorat, également en sciences des religions, en septembre 2011, sous la direction de Solange Lefebvre, portant sur l’évolution de l’identité socioreligieuse de la minorité cubaine au Canada. En janvier 2012, je suis devenu coordonnateur de la Chaire Religion, culture et société, ce qui m’a permis de jumeler mes activités académiques et de recherche avec celles de la coordination, une expérience de formation très enrichissante. Plusieurs contrats d’auxiliaire de recherche dans le cadre de deux grands projets portant sur la gestion publique du religieux, le GTRC Religion et diversité au Canada (dirigé par Lori Beaman, Université d’Ottawa) et le projet CRSH Savoir Diversité culturelle et religieuse dans quatre contextes nationaux: études comparée de la dynamique identitaire et de la régulation de la religion Québec/France-Grande Bretagne/Belgique (dirigé par Solange Lefebvre, Université de Montréal), et d’enseignement (Les grandes religions du monde, Université de Montréal), intègrent également mon expérience. En mai 2013, j’ai obtenu une bourse de doctorat en recherche du FQRSC d’une durée de trois ans.    

Projet de recherche

Titre (provisoire) du projet :

Les dieux cubains en terre canadienne : Étude sur l’identité socioreligieuse des jeunes migrants cubains de première génération au Canada

Description du projet :

Introduction

L’immigration tient une place grandissante dans la croissance de la population canadienne, l’un des effets étant l’accroissement de la diversité ethno-religieuse, source de tensions sociales et nécessitant des réflexions fondamentales sur la diversité et le vivre-ensemble. Ce projet s’attache à l’étude de la minorité d’origine cubaine très peu étudiée au Canada, sinon pas du tout. Plusieurs éléments particularisent cette minorité: immigration relativement récente, hautement qualifiée, très peu affichée socialement mais très active dans les nouveaux réseaux sociaux, provenant d’une société communiste en lente transition depuis 1992, mais sans pour autant échapper au contrôle totalitaire, possédant des pratiques religieuses complexes issues de la «transculturation» de plusieurs traditions religieuses que le régime communiste n’a pas éradiquées. Le concept de «transculturation», construit par les anthropologues cubains Ortiz et Bolivar, indique que l’identité socioreligieuse cubaine est fortement marquée par la fluidité et le métissage de différents courants, créant un corpus religieux relativement autonome par rapport aux institutions religieuses, transculturel, tout en étant fortement imbriqué à l’identité nationale, que plusieurs auteurs désignent avec le néologisme cubanité (Lopez Oliva). La thèse analysera les interactions complexes de cet univers chez les jeunes migrants, avec les contextes socioreligieux ontarien et québécois, y compris les modèles respectifs de gestion de la diversité religieuse (Beaman et Beyer), dans le cadre d’une approche qui inclut un dialogue théorique entre la religion-as-lived (Orsi, McGuire, Ammerman) et la transculturation (Ortiz, Bolivar, Rama), ainsi que la mise en place d’une méthodologie innovatrice tenant compte des nouveaux médias sociaux. 

Objectifs

L'objectif principal de cette recherche est de caractériser l’évolution de l'identité socioreligieuse de jeunes immigrants cubains de première génération lors de leur intégration au Canada et au Québec. Il s'agira plus spécifiquement de :

  1. Analyser l'identité socioreligieuse de jeunes migrants cubains en terre canadienne et québécoise, et si les données cubaines le permettent (elles sont pour le moment partielles et difficiles à obtenir dans un contexte totalitaire), la situer en regard au contexte cubain;

  2. Comparer les effets de contextes socioreligieux ontarien et québécois urbains, y compris les modèles respectifs de gestion de la diversité, sur l'évolution de l'identité socioreligieuse des jeunes migrants cubains;

  3. Concevoir des instruments qualitatifs originaux visant des communautés ethniques avec des identités religieuses transculturelles et/ou fluides qui évoluent loin des institutions religieuses.

Méthodologie

Cette recherche innovera par une combinaison de trois méthodes:

  1. Un sondage Internet sera appliqué, en collaboration avec le projet des GTRC, qui met en place cette année un tel dispositif, mais adapté aux données préliminaires sur les jeunes cubains. Il s’agit d’une approche innovatrice à l’heure de saisir l’identité socioreligieuse des répondants, et qui peut les joindre partout au Canada, à l’aide de la plateforme publicitaire de Facebook, sans qu’ils soient contraints de s’afficher publiquement, aspect redouté par ces immigrants provenant d’une société totalitaire.

  2. Nous comptons interroger (entrevues semi-directives) une vingtaine de jeunes cubains âgés entre 28 et 35 ans, immigrants récents (3-5 ans), résidant à Montréal et Toronto, dans le but de caractériser et comparer la religiosité et l’influence probable de l’environnement socioreligieux québécois et ontarien sur le phénomène étudié.

  3. Finalement, les discours de certains blogues seront analysés, les jeunes immigrants issus de la société cubaine s'affichant peu dans des regroupements, mais utilisant beaucoup ces blogs pour s'exprimer.

Contributions à l’avancement des sciences

L’une des premières recherches à étudier la communauté cubaine au Canada sur le plan religieux, elle compte quatre contributions:

  1. Elle accroîtra des connaissances sur une minorité jusqu’ici quasiment invisible au Canada, et sa contribution socioculturelle et religieuse, notamment à travers les concepts de transculturation et de la religion-as-lived;

  2. Elle offrira également une conjoncture unique pour le développement d’instruments méthodologiques mieux adaptés à l’analyse de la fluidité contemporaine du religieux, l’un des traits caractéristiques de l'identité socioreligieuse de la population étudiée;

  3. Son volet comparatif Ontario-Québec apportera des données intéressantes quant aux effets de modèles distincts de gestion de la diversité sur une minorité;

  4. Elle enrichira les résultats des Grands travaux de recherche concertée (GTRC) Religion et diversité au Canada –volet identité religieuse (axe 1), dans lequel je m’inscris comme assistant de recherche.