Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse
crcs

AccueilLorem IpsumIpsum

Publications
 

couverture
 

Religion et politique dans les sociétés contemporaines

Sociologie et sociétés xxxviii/1 (2006)
Presses de l'Université de Montréal
Parution : printemps 2006
ISBN 2-7606-1931-1
ISSN 0038-030X

pdfSommaire et articles
 

Résurgences théologiques et nouvelles affirmations pluralistes rendent centrale la réactualisation du questionnement sur les rapports complexes qui existent entre religion et politique. L’équivalence entre le sécularisme areligieux et la modernité apparaît plus que jamais caduque. Mouvante et complexe, la relation entre le religieux et le politique est de ce fait difficile à théoriser. La division entre les deux sphères semble toujours temporaire, et la collusion entre les deux se reforme continuellement, de différentes manières.

Le contexte contemporain est le théâtre d’interactions et de déplacements entre ces aspects généraux : 1) affrontements entre les zones qui connaissent une différenciation politique et les autres, où subsiste une quasi-fusion entre État et religion; 2) dynamiques internes à l’Occident où les religions conservent des pouvoirs d’influence extrêmement variables et des rôles diversifiés selon les divers contextes géopolitiques, alors que de nouvelles religions gagnent en importance; 3) dispositions de certaines religions à la démocratisation et à la rationalisation du pouvoir politique, présence critique de l’« autre » sur les territoires traditionnels; 4) pluralisme religieux grandissant dans toutes les régions du monde qui donne à voir des interactions simultanées et différenciées entre les religions et les pouvoirs politiques d’un même territoire national ou régional, ces interactions allant du dialogue interreligieux à la radicalisation de la vision de l’autre comme non-soi; 5) révision de leur mission, leur discours et leur tradition par les religions, au fil de leur participation à la vie civique, sociale et politique.

Ce numéro veut explorer les déplacements de ces enjeux et réexaminer les modes de distinction ou de séparation entre religion, politique et société civile, les nouvelles stratégies des groupes religieux, la religion comme mémoire, la question de la gestion du pluralisme, la position du pouvoir politique – repli, durcissement, contrôle, instrumentalisation, arbitrage, pragmatisme, etc. Devant le foisonnement des questions actuelles, d’études particulières et d’approches sociologiques, ce numéro présente quelques-unes des problématiques récurrentes et novatrices en cours dans ce champ.